You are here: home > Forum

S3. Mada contradiction - energie propre, competitivite economique, immigration

Lohahevitra : Antson'ny fo
Fitohizan'ny hafatra : S3. Mada contradiction - energie propre, competitivite economique, immigration
Valiny : 0
aldien - 27/07/2018 16:02
LE PROBLEME AVEC NOUS LES LOCAUX

Bien au contraire, les Malgaches devraient être moins naifs et ouvrir plus leurs yeux, car oui, il faut reconnaitre que certains étrangers détestent ce pays, mais ces derniers sont ici uniquement à cause du fait que là-bas à dago, les règles sont floutées et ainsi, il est toujours possible de faire des « arrangements ».

Pire, le Malgache semble adorer tout ce qui est « étranger », et semble vouloir mettre des batons dans les roues dans les choses et projets entrepris par d’autres Malgaches. Je me demande….Pourquoi? Pourquoi par exemple, vouloir saboter des entreprises malgaches et les étouffer alors que cela constituerait une fierté pour le pays?? Est-ce de la jalousie?
et pourquoi d’un autre coté, laisser des étrangers prendre des parts de marché?
Ailleurs, on fait le contraire. Venez en Argentine, vous verrez comment le gouvernement Argentin traite les étrangers!!!! Venez en Nouvelle-Zélande, c’est vrai qu’il ya qq opportunités, mais croyez-moi, vous serez toujours l’étranger tant que vous n’aurez le passeport!!! Venez au Botswana, là-bas, on donne la priorité aux botswanais pour les postes et pour les opportunités d’affaires? Monsieur, vous êtes français, vous ^tes malaysien, vous êtes indien??? Vous devez attendre et ces postes ne vous sont pas accessibles!!! désolé, les locaux sont prioritaires; c’est comme ça que les choses fonctionennt au Botswana depuis quelques années!!!

Si ces étrangers - qui adorent cracher sur les Malgaches - sont si intelligents, pourquoi ils sont pas restés en France ou au pakistan, ou en Chine???? pourquoi venir là-bas à Mada? pourquoi se rendre dans un des pays les plus pauvres au monde et quitter le confort de l’Asie ou de l’Europe???? Il y a multiples raisons, plusieurs!!!!!

raison 1. règles floutées, dés pipés depuis le début de la partie de belotte
raison 2. Les malgaches sont trop trop trop dociles lorsqu’ils sont en face des « nouilles périmées » ou d’autres étrangers. (raison pour laquelle j’ai quitté le pays)
raison 3: on peut acheter tout
raison 4: la bouffe est bon marché
raison 5: on pollue et on ne paie pas, on se casse et merde aux victimes ensuite
raison 6: les magaches ne sont pas solidaires entre eux, ils se trahissent une fois qu’ils se rendent comptent qu’ils ont un avantage qq part
raison 7: le malgache est facilement influençable (c’est vrai non???)!!! ils n’ont pas beaucoup de personnalité forte en eux. Peu de Malgaches n’obéissent pas à cette règle, trop peu!!! (c’est encore une autre raison pour laquelle j’ai décidé de quitter Madagascar)
raison 8: le malgache est impressionné par tout ce qui est « vazaha » (surtout les malgaches qui ne sont jamais sortis du pays et ceux qui ont très peu étudié)
raison 9: Les malgaches se bouffent entre eux, mais complimentent les étrangers (j’ai pas mal d’anecdotes et d’engueulades à ce sujet - durant lesquels j’avais remis certains étrangers mais aussi des compatriotes à leur place). Je me souviens de cet incident de parking une fois par exemple ou j’avais engueulé un agent de sécurité en lui disant « le parking, c’est à moi car j’y étais le premer; ton vazaha, il se gare là-bas et lui, il va marcher!!!!! ». Le gars n’en revenait pas que j’ai osé sortir ces mots. C’est normal, je suis dans mon pays! Ailleurs, tout le monde fait pareil…même en Afrique. Essayez de faire la grosse tete au sénégal, vous verrez comment vont réagir les locaux.









ET SI VOUS, VOUS VOUS TROUVEZ DE L’AUTRE COTE

Mais imaginez juste que vous-meme, vous vous trouvez soudainement de lautre coté de la barrière. Un après-midi, alors que vous marchez, une grosse voiture roulant à vive allure, heurte votre femme….elle meurt sur son chemin. Vous avez relevé le numéro de la voiture et avez pris des photos (donc vous avez des preuves matérielles), et décidez de porter plainte. VO
otre plainte est reçu en bonne et due forme, Mais….. une fois le jugement rendu, le conducteur de la voiture est tout simplement…relaxée!!!!!
Vous qui avez aipé corrompre, vous êtes soudainement une victime du même système que vous adorez tant…..

Ma question est la suivante:

Allez- vous toujours adorer ce système injuste, grace auquel l’assassin de votre conjointe, court toujours libre?





RECOURS AUX ENERGIES PROPRES

La solution du délestage dans les énergies renouvelables
lundi 30 octobre | Ny Aina Rahaga
Ces derniers temps, les délestages se sont de nouveau installés dans le quotidien des habitants de la capitale et ses environs. Depuis quelques semaines, des quartiers descendent dans les rues soient à cause des coupures d’électricité soit à cause des coupures d’eau. Démontrant que malgré un changement d’équipe à la tête de la Jirama, la situation est loin d’avoir évolué. Pourtant, de nombreux industriels et entrepreneurs dans la Grande île ont à plusieurs reprises déclaré que le délestage peut tout à fait être résolu et ce avec les moyens du bord.
En ce sens, il serait question de mettre en valeur et exploiter les potentiels dont on dispose localement pour la production d’électricité. Il est surtout question de se tourner vers les énergies renouvelables dont le solaire qui est encore peu exploité dans le pays. Outre cela, il serait également possible pour Madagascar de se tourner vers la biomasse, c’est-à-dire se servir des végétaux pour produire de l’électricité. Mais avant tout, il ne faudrait pas oublier que Madagascar dispose d’un potentiel de 8 000 mégawatts en matière d’hydroélectricité, dont seulement 5% sont exploités actuellement. La solution est donc une question de volonté des décideurs d’exploiter ce que Madagascar possède déjà et d’investir dans l’exploitation de ces sources d’énergie au lieu d’acheter du carburant et de subventionner à coup de plusieurs millions d’Ariary pour faire fonctionner la Jirama. Le 9 et le 10 novembre prochain se tiendra un atelier axé sur les énergies renouvelables auquel participeront tous les acteurs dans le domaine de l’énergie mais aussi dans la construction, dans l’entrepreunariat et bien d’autres.






Très bon article, mes félicitations!!
le secteur énergétique à Mada doit être réformé. Le pays a beaucoup de potentiel, déjà en terme de production hydraulique. pourquoi les investissements n’ont jamais été faits, ou pourquoi n’a t-on pas anticipé ces problèmes?? On sait que la population augmente, donc que les besoins énergétiques augmentent aussi…. on sait aussi que la production baisse car à cause de la coup d’arbres du cote de mandraka, le flow d’eau diminue, diminuant ainsi la rotation des turbines et la production d’electricité. Ainsi, pour compenser ce manque, on fait quoi??? on compense avec du fuel, amis on sait tous que le fuel est importé, donc indexé au dollar américain. Si l’araire se déprécie par rapport à cette monnaie, le prix du carburant augmentera, et aussi, celle de la facture, de votre facture.
la solution… arrêter de produire du courant à partir de fuel, source polluante; plutôt privilégier les energies propres comme le solaire, ou meme l’hydraulique (chercher d’autres sources d’eau capables de dégager une bonne productivité). Vu que le pays trime un peu, on n’aura pas les moyens de changer tout en toute une seule fois…. on peut commencer par un quartier, une commune, ou une petite ville de province. On étend l’experience après ….
regardez l’Islande, ce pays du nord de l’Europe… ils produisent 90% de leur énergie avec la géothermie et ils n’ont pas de délestage!!!!
regardez le danemark!!! qui a déjà survolé Copenhague??? moi si, et vous savez ce que j’ai vu? des éoliennes qui s’étendent à parte de vue…. dans l’océan, pas trop loin de l’oerosund d’ailleurs, ce pont qui conduit en Suède.
Très intelligent comme concept vu qu’ils n’ont pas bcp d’espaces.







L’ECONOMIE DU PAYS


source (midi madagascar) du 08-12-17

A une quinzaine de jours de Noël, les Malgaches n’ont visiblement pas le cœur à la fête et pourtant, en cette période de l’année, il est de coutume de penser à la manière dont on va célébrer la nuit de la nativité. Aujourd’hui, on ne peut plus penser à faire des courses en prévision des bons moments à passer en famille. La vie est dure pour la majorité de la population qui se prépare à une fin d’année pénible.
Le moral des Malgaches au plus bas en ce moment
L’humeur des Malgaches est à l’image de ce temps maussade qui règne en ce moment. Malgré les propos lénifiants de nos dirigeants, la conjoncture ne prête pas à sourire. La campagne de communication faite en ce moment pour montrer que des efforts sont faits pour amoindrir les effets de la flambée des prix n’arrive pas à convaincre totalement la population. C’est avec un sourire un peu crispé que cette dernière découvre le prix des produits sur les étals des marchés. Le panier de la ménagère a beaucoup de mal à se remplir à cause de ce pouvoir d’achat ayant beaucoup baissé. Ceux qui étaient considérés comme des privilégiés et faisaient partie de la classe moyenne se considèrent comme pauvres car ils ont beaucoup de difficultés à joindre les deux bouts. Pour eux comme pour la plupart de leurs concitoyens, il n’est plus question de penser à épargner car l’argent en leur possession suffit à peine à subvenir à leurs besoins quotidiens. Il n’est cependant pas question de se révolter et ils ruminent leur frustration en silence. A quinze jours de Noël, les nouvelles qui sont véhiculées par les organes de presse et par les stations de radio ne prêtent pas sourire. L’insécurité est toujours là et le phénomène tend même à s’amplifier. Les attaques à mains armées se multiplient et il est pratiquement impossible de sortir de chez soi sans craindre de devenir la cible de ces détrousseurs. Les Malgaches aujourd’hui, n’ont pas le moral et si leurs dirigeants, ne réagissent pas, ils n’oublieront pas ce qui est en train de leur arriver en ce moment.

Patrice RABE


MES COMMENTAIRES:
Ici à madasgascar, le problème reside dans le fait que le salaire n’est pas indexé au taux d’inflation. Je vous donne un exemple…imaginez que le panier de la ménagère (qui est composé d’ailleurs d’articles achetés par les ménages et qui sert de référence pour mesurer d’inflation pour les économistes) augmente de 15 %, annuellement, alors que votre salaire n’augmente que de 3%. est-ce normal?? pas vraiment, car cela veut dire que si votre course coute 100.000 ar aujourd’hui, il coutera 115.000 ar l’an prochain. Votre salaire, qui était de 300.000 Ar ne passera qu’a 330.000 Ar l’an prochain; il y a donc déséquilibre car votre salaire n’augmente pas au meme rythme que le panier de la ménagère…il y a perte du pourvoir d’achat.

et c’est ce qui passe chez nous depuis des décennies….

la premiere chose a faire consiste donc a maitriser cette inflation de manière a ce que les prix restent stables. alternativement, augmenter les salaires s’avère dangereux dans la mesure ou si on le fait sans mesures accompagnatrices (augmentation de la productivité ds les entreprises en utilisant les facteurs de productions plus modernes, et plus efficaces afin de baisser les couts salariaux), on s’expose à la fameuse « spirale inflationniste » (AUG des salaires = >AUG des charges salariales pour les entreprises = >AUG des couts de revient et des couts de production = > AUG des prix , donc AUG taux d’inflation)

Ainsi, pour relancer l’économie, il faut d’abord:
maitriser l’inflation
faciliter, voire vulgariser l’accès au crédit
encourager la création d’entreprises
encourager les jeunes à créer, et non à juste faire du copier-colelr comme c’est le cas maintenant
mettre en place des mesures protectionnistes, comme par exemple mettre des barrières taraifaires pour certains produits d’importation qui pourraient rentrer en compétition directe avec les produits malgaches. Pourquoi? parce que sans barrières, certains produits d’importation seraient plus compétitifs, et conséquemment, les vendre serait synonyme d’emplois et d’opportunitées perdues pour les locaux!!!
monter dans la chaine de production: j’explique…aujourd’hui, nous exportons beaucoup de ressources à l’état brut; qui dit état brut dit faible valeur ajoutée; des « étrangers » achètent ces produits à bas prix là-bas à Madagascar, les trransforment chez eux et les revendent OU les ré-exportent à des prix très élévés. Le produit malgache est du coup devenu un produit à haute valeur ajoutée…mais chez eux, pas à mada. Je pose la question: Qui a, au final, tiré le plus de bénéfices? Nous avons la réponse et aussi, nous savons tous ce qui nous reste à faire.



AUTRES IDEES: DECENTRALISATION, RELANCE DE LA CONSOMMATION LOCALTE POUR SOUTENIR LA CROISSANCE ET LE PLEIN EMPLOI

décentraliser au maximum les administrations, ainsi tana n’aura pas trop de poids sur son dos. cela permetra aussi aux région ou aux provinces de gagner plus en matière d’autonomie.
Donner plus d’initiatiaves aux provinces en terme de gestion de leur ressources naturelles, gestion budgétaire, voire même, en terme de législations (dina, etc…). Tana est la capitale, mais je pense que pour les Tananriviens, les problèmes propres aux régions du melaky, ou du pays mahafaly seraient bien mieux comprises par les régions respectives.
Améliorer les hopitaux OU créer UN HOPITAL digne de ce nom de manière à ce que les locaux n’aient plus à voyager à paris, à St denis ou à Port Louis pour subir une opération.
Inciter les jeunes malgaches à s’intéresser à des métiers rares, MAIS en forte demande à madagascar: Médecins pédiatriques, spécialistes du language, psychiatres, chirurgiens, gynécologues, mais aussi, designers d’intérieurs, ingénieurs hydrauliques, etc….
Créer des universités aptes à offrir des cursus scientifiques, en particulier la médecine et les métiers d’ingénieurs.
éduquer la population rurale pour que la culture du brulis baisse (pour ne pas dire cesse), car nos forêts sont un investissement à long terme (c’est elle qui fera venir les touristes là-bas à Mada)
Professionaliser le secteur touristique (car chez nous, il y a encore trop de vahniy qui viennent exclusivement faire de la « vidange ») et aussi, pousser les jeunes Malgaches à se lancer dans ces projets locaux. Pour vous les jeunes, lancez-vous dans les projets hotelliers car pour le moment, les hotels situés en région appartienent à des non-locaux, voire à des groupes basés à l’étranger. ce qui veut dire que tout bénéfice sera au profit de ces enseignes, et des pays autres que Madagascar. Encore une fois, nous avons tous les atouts, mais nous ne savons pas forcément saisir les bonnes opportunités. Pourquoi ne pas faire un écolodge, géré par un couple de Malgaches? ça ce serait super! Moi plus tard, lorsque je reviendrai là-bas à mada, je pense faire quelque chose qui sera géré par un malgache et qui emploiera aussi des Malgaches.
Non seulement cela, en ce moment, j’achète déjà des terres en bord de mer (et j’encourage aussi des membres de ma famille à le faire) - les meilleures bien évidemment - hhistoire que les étrangers ne les accaparent pas! Vous les malgaches de Mada, si vous avez de l’argent, freinez un peu l’achat de 4x4 et achetez un beau terrain en bord de mer (ou juste un beau terrain) avec votre argent car si on continue comme cela; d’ici 10-15 ans, toutes les bonnes terres seront entre les mains de « non-Malgaches ».
Aussi, créez des business, des restos, des centres de distributions (pour des produits spécifiques comme des équipements ménagers, des groupes, des produits innovants pour production d’énergie par exemple, etc…), et pourquoi pas des banques ou des compagnies pétrolières, dont - pour une fois -) des Malagasy seront des principaux actionnaires???? Moi j’ai l’impression, quand je rentre à mada pour les vacances, que tout nous file des mains!!!!
Faites un effort pour acheter des produits locaux! ACHETONS MALGACHE, ACHETONS DES PRODUITS FAIT ET PRODUIT PAR DES MALGACHES - oui je sais, le fromage importé est bon et acheter lindt aussi, ça délie la langue (c’est vrai, on le fait tous). Mais sachons que des pays comme le japon encouragent clairement leur citoyens à acheter local, et ce afin de créer des emplois pour les Japonais. Mais il n’y a pas qu’eux..;qui a visité l’AFRIQUE DU SUD? Avez-vous vu derrière leur produit les mots « Proudly South African ». Dans beaucoup d’endroits, on pousse les gens à acheter local. En Nouvelle-Zélande par exemple, on pousse les gens à acheter Néo-Zélandais (pour éviter la compétition des produits venant de l’Australie voisinne, mais aussi les compétitions Chinoises, Françaises, danoises, chiliennes, etc…), à manger néo-zélandais, à être éduqués à Wellington, Auckland ou Dunedin (et non à Sydney, Toronto, Grenoble, Düsseldorf ou Stockholm), boire néo-zélandais (et non Chilien ou Américian)…tant que c’est possible; ceci afin de booster l’économie locale et protéger les emplois en Nouvelle-Zélande, rien de plus normal!!! RIEN DE PLUS LEGITIME!!!! La NZ a raison, elle ne va surement pas booster les produits Australiens, Canadiens, Indiens, Argentins, Français…Ou …. Chinois!!! eh oui! Moi, quand je voyage à Mada, je fais TOUT pour essayer de manger chez des locaux, dormir chez des locaux, comme ça, je sais que mon argent ne sera pas rapatrié à Maurice, à Grenoble, à Johannesburg sous forme de « profits ou bénéfices rapatriés ». Mieux, je n’achète pas beaucoup de produits importés car le problème à Madagascar aussi, c’est que certains supermarchés (je tairai leur nom) pratiquent ce qu’on appelle le recyclage des produist périmés. Je le sais…car j’ai connu un ancien employé de l’une de ces enseignes… il y a là-bas des produits dont la date de péremtpion est déjà très proche ou…passée. Pour ces derniers, la direction « poussent «  certains employés qui « rayent » ou « gomment » la vraie date (celle imprimée à l’étranger) et la remplacent par des dates « ultérieures ». cela permet à ces produits de consommation courant d’être revendus (donc les enseignes à l’étranger sont aussi les premiers responsables car c’est eux qui envoient la marchandise en Afrique sachant qu’ils n’ont plus de vie là-bas en Europe). Comment ils font? Ils se réunissent, ouvrent qq lots, goutent les produits un à un et s’accordent sur une date bien précise - les emballages sont alors gommés et voilà!!!!! comme quoi, ce critère aussi s’affiche parmi mes choix d’être parti vivre à l’étranger. Là ou je suis, c’est comme en France pratiquemment, la (re)vente de produits périmés est un délit majeur! mais chez nous…. décidément non…


Regardez cet article sur l’ile de la reunions, par exemple, intitule « je mange local »

http://www.ipreunion.com/photo-du-jour/reportage/2016/06/11/manger-local-favorise-l-emploi-et-l-economie-pres-de-chez-soi-je-mange-local-un-vecteur-de-developpement,45225.html

ou encore « promoting local industry », comme le fait l’Uganda

https://www.independent.co.ug/promoting-local-industries/



les salaires doivent êtres ré-indexées à l’inflation (à mons sens, et selon mes expertises, impossible ou difficile à réaliser en 5 ou 10 ans (car l’augmentation de la productivité passe avant tout par une modification des facteurs de production, donc de très lourds investissements en capitaux), cette initiative prend du temps mais en vaut la peine), car sinon, il y aura perte de pourvoir d’achat (attention cependant à ne pas sombrer dans ce qu’on appelle en économie « la spirale inflationniste »).









Valio | Miverina eny ambony